Élection syrienne / Camp d'al-Hol / Manifestations en Irak / Droits de l'homme / Politiciens chrétiens ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌
 
banniere-is

VEILLE PHAROS / IRAK - SYRIE– 28 mai 2021

 
is
 
 
 
 

L’information importante à relever de la semaine est l’élection présidentielle syrienne. Le 26 mai 2021, les régions qui sont sous le contrôle du gouvernement syrien ont accueilli les votants du pays. Cette élection est rejetée par plusieurs pays européens et les États-Unis. Pourtant, au sein du territoire national des milliers de personnes ont manifesté leur soutien au Président Bachar al-Assad, qui pour eux, a su faire face à une décennie de guerre. Ce dernier a été réélu avec 95,1% des voix. Certains territoires échappent encore au gouvernement syrien notamment dans le nord-est où l’on retrouve le camp de réfugiés d’al-Hol. Cette semaine, des centaines de familles irakiennes ont été transférées vers leur pays. Enfin, plusieurs attaques perpétrées par l’État islamique se sont déroulées durant et après le ramadan faisant plusieurs victimes militaires des forces gouvernementales, mais aussi de leurs alliés.

Les manifestations de masse continuent en Irak depuis plusieurs semaines. Les Irakiens attendent encore les réformes économiques et politiques qui ont été promises par le gouvernement. Ces derniers réclament aussi des comptes afin de connaître l’identité des personnes qui ont assassiné des militants. Les manifestants peuvent compter sur Dhikra Sarsam, peintre, qui recense les victimes et pousse les autorités locales à réagir, sans succès pour l’instant. Le cardinal Luis Rafael Sacco, évêque de Babylone des Chaldéens souhaite unifier les associations et forces chrétiennes en vue des prochaines élections.

The important news of the week is the Syrian presidential election. On the 26th of May 2021, the regions that are under the control of the Syrian government hosted the country's voters. This election was rejected by several European countries and the United States. However, within the country thousands of people demonstrated their support for President Bashar al-Assad, who they believe has weathered a decade of war. He was re-elected with 95.1% of votes.
Some territories still escape the Syrian government, notably in the north-east where we find the refugee camp of al-Hol. This week hundreds of Iraqi families have been transferred to Iraq. Finally, several attacks perpetrated by the Islamic State took place during and after Ramadan, resulting in several military casualties of government forces but also of their allies.

Mass demonstrations have continued in Iraq for several weeks. Iraqis are still waiting for the economic and political reforms that were promised by the government. But they are also demanding accountability for the identity of those who have murdered activists. The demonstrators can count on Dhikra Sarsam, a painter, who is keeping track of the victims and pushing the local authorities to react: without success for the moment. Cardinal Luis Rafael Sacco, Bishop of Babylon of the Chaldeans, wants to unify Christian associations and forces in view of the upcoming elections.

 
 

L'info phare - Source médiatique

 
 

L’élection présidentielle syrienne

Le mercredi 26 mai 2021, la Syrie vivait la seconde élection présidentielle organisée depuis le début du conflit. Dans la course, le Président Bachar al-Assad face à Abdallah Salloum, un ancien ministre d’État et Mahmoud Mareï, un opposant toléré par le gouvernement. Les chefs des diplomaties américaine, allemande, britannique, française et italienne ont déclaré dans un communiqué conjoint « Nous exhortons la communauté internationale à rejeter sans ambiguïtés cette tentative du régime Assad pour retrouver une légitimité ». Par ailleurs, l’Allemagne avait interdit aux réfugiés syriens de voter sur son territoire le 20 mai. Ces propos ont été rejetés par le Président syrien les qualifiant « d’une valeur équivalente à dix zéros ». À l’intérieur du pays, des milliers de personnes ont apporté leur soutien au Président Assad avec des slogans, des chants, des danses ou encore des photos.
Les séparatistes kurdes du nord et de l'est de la Syrie ont annoncé la fermeture des passages frontaliers avec des zones du gouvernement de Damas à partir du 26 mai jusqu'à nouvel ordre afin de dissuader les gens de voter. Les résultats ont été annoncés le 27 mai durant la soirée. Bachar Al-Assad a été réélu Président de la Syrie avec 95,1 % des votes. 

The Syrian presidential election

On Wednesday 26th May 2021, Syria held its second presidential election since the beginning of the conflict. In the race, President Bashar al-Assad faced Abdallah Salloum, a former minister of state and Mahmoud Marei, an opponent tolerated by the government. The Westerners are sticking to their position of rejecting these elections. Thus, the heads of the American, German, British, French and Italian diplomatic corps declared in a joint statement: "We urge the international community to unambiguously reject this attempt by the Assad regime to regain legitimacy. In addition, Germany had banned Syrian refugees from voting on its territory on 20 May. These words and rejections were retorted by the Syrian President calling them "worth ten zeros". Inside the country, thousands of people supported President Assad with slogans, songs, dances and photos. In the universities of Tishreen (in Latakia), Damascus, and the Faculty of Medicine in the city of Hamah, students chanted the name of the president. The same scenes took place in the cities of Aleppo with Armenians, in Homs, Tartous, Daraa al qusoor, but also in the Golan where thousands of people marched with Syrian flags. Kurdish separatists in northern and eastern Syria announced the closure of border crossings with Damascus government areas from the 26th of May until further notice in order to deter people from voting.
The results were announced on 27th May in the evening. Bashar Al-Assad was re-elected President of Syria with 95.1% of votes.

 
 

Sources médiatiques

 
 

Transfert d'environ 100 familles du camp d'Al-Hol vers l'Irak

Le mardi 25 mai, une centaine de familles irakiennes ont quitté le camp d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, où sont détenues des familles de combattants de l’État islamique. Ces dernières vont être transférées dans un camp sur le territoire irakien.

Ce camp s'est transformé en une véritable ville de tentes dans laquelle vivent près de 62 000 personnes, dont la moitié sont des Irakiennes, selon les Nations Unies, qui ont à plusieurs reprises mis en garde contre la détérioration de la situation sécuritaire dans cet endroit. Le responsable de l'administration locale kurde a souligné que le départ des familles irakiennes est la « première vague » organisée dans le cadre d'un accord entre Bagdad et la coalition internationale de lutte contre l'EI, dirigée par Washington et qui est active en Irak et en Syrie.

Transfer of about 100 families from Al-Hol camp to Iraq

On Tuesday the 25th, around 100 Iraqi families left the Al-Hol camp in north-eastern Syria, where families of Islamic State fighters are being held. They will be transferred to a camp on Iraqi territory.

This camp has turned into a veritable tent city in which nearly 62,000 people live, half of whom are Iraqi women, according to the United Nations, which has repeatedly warned of the deteriorating security situation there. The Kurdish local government official stressed that the departure of the Iraqi families is the "first wave" organised as part of an agreement between Baghdad and the Washington-led international coalition fighting  ISIS that is active in Iraq and Syria.

 

غادرت الثلاثاء، نحو 100 عائلة عراقية مخيم الهول، في شمال شرق سوريا حيث تُحتجز خصوصا عوائل مقاتلين في تنظيم "داعش".

وتلك العائلات في طريقها للعودة إلى العراق الآن، وفق ما أفاد مسؤولان سوريان محليّان لوكالة فرانس برس.

وصرّح مسؤول في المنطقة الخاضعة لإدارة كردية شبه ذاتية في شمال شرق سوريا،  طالبا عدم كشف هويته، أنه غادرت 94 عائلة عراقية، أي 381 شخصا مخيم الهول بمواكبة القوات العراقية".

وتعذّر الحصول من الجانب العراقي على تأكيد لهذه المعلومات.

وصرّح مسؤول عن الأمن في المخيم لفرانس برس طالبا بدوره عدم كشف هويته بأن "العائلات العراقية غادرت مخيم الهول باتّجاه الأراضي العراقية".

وتحوّل مخيم الهول إلى مدينة خيام حقيقية يعيش فيها ما يقرب من 62 ألف شخص، نصفهم عراقيون، وفق الأمم المتحدة التي حذرت مرارا وتكرارا من تدهور الوضع الأمني فيه.

ويضم المخيم عشرات آلاف النازحين من سوريين وعراقيين بينهم أفراد عائلات مقاتلي التنظيم، إضافة الى بضعة آلاف من عائلات المقاتلين الأجانب يقبعون في قسم خاص قيد حراسة مشدّدة.

 
 

Morts et blessés lors de nouvelles manifestations de masse en Irak

Plusieurs manifestations ont eu lieu dans différentes villes. À Bagdad, dans les gouvernorats de Bassorah et de Dhi Qar, les manifestants ont scandé des slogans appelant les autorités à mettre en œuvre leurs promesses de réforme économique et politique, mais aussi à révéler le nom des auteurs d’assassinats et d’enlèvements récents de manifestants et de militants. Cela n’est pas allé sans conséquences. Un manifestant irakien a été tué par les balles des forces de sécurité et au moins 13 autres ont été blessés par des gaz lacrymogènes à la suite d'affrontements entrecoupés de manifestations de masse sur la place Tahrir à Bagdad le mardi 25 mai pour exiger des comptes sur les responsables des assassinats de militants.

More mass protests in Iraq leave people dead and injured

Several demonstrations took place in different cities. In Baghdad, Basra and Dhi Qar governorates, demonstrators chanted slogans calling on the authorities to implement their promises of economic and political reform, but also to reveal the killers of protesters and activists who were murdered or abducted earlier. This has not been without consequences. One Iraqi protester was killed by bullets from security forces and at least 13 others were injured by tear gas following clashes that intersected with mass demonstrations in Baghdad's Tahrir Square on Tuesday the 25th of May to demand accountability for the killers of activists.

 
 

Source religieuse

 
 

Le Patriarche chaldéen Sako aux politiciens chrétiens : unissez vos forces et vos stratégies, libérez-vous du sectarisme

Le cardinal Luis Rafael Sacco, évêque de Babylone des Chaldéens a lancé un appel aux associations et partis politiques irakiens dirigés par des militants chrétiens. Pour lui, ils doivent unir leurs forces, stratégies et lignes politiques pour répondre conjointement aux urgences et aux problèmes affectant la vie des communautés chrétiennes locales. Sinon, leurs actions « aléatoires » finiront par conduire à la lente érosion des chrétiens sur le sol irakien. Dans cette déclaration diffusée sur la chaîne officielle du patriarche chaldéen en 2021, il a également exprimé sa volonté de convoquer des rencontres entre politiciens et groupes civiques impliquant différentes communautés chrétiennes afin de créer une union et de mettre en place des outils de coordination en vue des prochaines élections.

Chaldean Patriarch Sako to Christian politicians: join forces and strategies, free yourselves from sectarianism

Cardinal Luis Rafael Sacco, Bishop of Babylon of the Chaldeans, appealed to Iraqi political parties and associations led by Christian activists. For him, they must unite their forces, strategies and political lines to jointly respond to the emergencies and problems affecting the life of local Christian communities. Otherwise, their "random" actions will eventually lead to the slow erosion of Christians on Iraqi soil. In this statement, broadcast on the official channel of the Chaldean Patriarch in 2021, he also expressed his willingness to convene meetings between politicians and civic groups involving different Christian communities in order to create unity and establish coordination tools for the upcoming elections.

 
 

Sources Société civile

 
 

L'État islamique avait intensifié ses opérations contre les forces syriennes pendant le ramadan

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré dans un rapport récent qu'un convoi militaire affilié au gouvernement syrien et aux militaires iraniens était tombé dans une embuscade tendue par l'État islamique le 18 mai au sud du village d'al-Mateyah dans le désert de Maskanah, à l'est d'Alep. Des affrontements ont ensuite eu lieu, entre des membres du groupe terroriste et des forces alliées au gouvernement, qui ont conduit à la mort de huit personnes, dont un commandant des groupes iraniens. Entre le 24 mars 2019 et le 18 mai, l'observateur basé au Royaume-Uni a recensé le meurtre de 1 430 membres des forces gouvernementales et leurs alliées, dont deux Russes au moins. Pendant l'Aïd al-Fitr du 13 au 15 mai, qui a marqué la fin du ramadan, l'État islamique a revendiqué une série d'opérations dans certaines régions de Syrie. Les principales opérations, selon ses déclarations, ont consisté à tuer deux officiers de la « sécurité militaire » dans la ville de Nawa, dans la campagne de Daraa, le 15 mai.

Islamic State had intensified its operations against Syrian forces during Ramadan

The Syrian Observatory for Human Rights (SOHR) said in a recent report that a military convoy affiliated with the Syrian government and Iranian military was ambushed by the Islamic State on May 18 south of the village of al-Mateyah in the Maskanah desert, east of Aleppo. Clashes ensued, between members of the terrorist group and government-allied forces, which led to the deaths of eight people, including a commander of the Iranian groups. Between March 24, 2019 and May 18, the UK-based monitor counted the killing of 1,430 members of government forces and their allies, including at least two Russians. During Eid al-Fitr on May 13-15, which marked the end of Ramadan, the Islamic State claimed responsibility for a series of operations in parts of Syria. The main operations, according to its claims, involved killing two "military security" officers in the town of Nawa in the Daraa countryside on May 15.

 
 

En Irak, l’artiste Dhikra Sarsam s’engage pour les droits de l’homme

Peintre et co-directrice de la fondation Bourj Babel pour le développement des arts et des médias, Dhikra Sarsam se bat pour la protection des civils et pour leur liberté d'expression. Soutenant le mouvement antigouvernemental qui a démarré en Irak en octobre 2019, elle lutte pour rendre justice aux assassinats et aux prises d'otages de militants. Diplômée en arts plastiques de l’institut des Beaux-Arts de la capitale Bagdad, elle a commencé son activisme avec ses camarades d’études. En 2005, l’engagement artistique passe à un militantisme politique. En effet, c’est à cette époque qu’ils font campagne pour la liberté d'expression, en collaborant rapidement avec des organisations internationales. En novembre 2019, elle a commencé à identifier les victimes des manifestations antigouvernementales, en coordonnant une équipe irakienne. Les enquêtes restent aujourd’hui au point mort.

In Iraq, artist Dhikra Sarsam is committed to human rights

Dhikra Sarsam is a painter and co-director of the Bourj Babel Foundation for the Development of the Arts and Media, she fights for the protection of civilians and their freedom of expression. Supporting the anti-government movement that started in Iraq in October 2019, she contests for justice for the killings and hostage-taking of activists. A graduate in fine arts from the Institute of Fine Arts in the capital Baghdad, she began her activism with her fellow students. In 2005, her artistic commitment turned into political activism. Indeed, it was at this time that they campaigned for freedom of expression, quickly collaborating with international organisations. In November 2019, she began identifying victims following the anti-government protests, coordinating an Iraqi team. Investigations now remain stalled. 

 
 

 
banderole-veille-2
 

This newsletter is written by Pharos Observatory, an observatory of cultural and religious pluralism, as part of its assessment study of religious pluralism in the Near and Middle East. It gathers information, analyses and speeches which may not reflect Pharos Observatory's feeling about the situation, but which should be taken into account as part of the analysis. All recipients, who are Pharos Observatory partners, are encouraged to contribute to this Watch by sharing any information that is worthwhile and fit to print.

Ce bulletin de veille est réalisé par l’Observatoire Pharos, observatoire du pluralisme des cultures et des religions, dans le cadre de sa mission d’étude de la situation du pluralisme au Proche et au Moyen-Orient. Il rassemble des informations, analyses et déclarations qui ne reflètent pas systématiquement la perception de la situation par l’Observatoire Pharos, mais qui constituent des documents à intégrer dans l’analyse. Les destinataires, partenaires de l’Observatoire Pharos, sont invités à contribuer à la qualité de cette veille par le partage de toutes informations utiles et diffusables.

 
soutien-veilles-observatoire-pharos-banniere